AB Inbev s’attaque à Duvel

AB Inbev s’attaque à Duvel
Photos : RetailDetail

Les clins d’œil appuyé dans la communication qui l’accompagne n’ont font pas mystère : avec sa nouvelle bière blonde forte, AB Inbev se lance à l’assaut d’un segment dominé depuis des décennies par son grand rival Duvel.

 

Adversaire du diable

Cette nouvelle bière blonde refermentée en bouteille, qui titre à 8,5 % d’alcool, a été baptisée Victoria. Selon le brasseur, c’est une bière qui se boit aisément, avec une belle amertume et un arôme de houblon épicé parsemé des notes fruitées caractéristiques des trois variétés utilisées, dont les houblons nobles Saaz et Fuggle. La nouvelle bière se distingue également par sa robe claire, sa teneur élevée en dioxyde de carbone et sa mousse ferme. AB Inbev souligne enfin que la Victoria ne contient que des ingrédients 100% naturels : houblon, malt d’orge, riz, eau et levure.

 

Le nom Victoria trouve son origine dans le riche portefeuille de marques mondiales du groupe brassicole : sa filiale Grupo Modelo (qui produit également la Corona) commercialise déjà une lager du même nom. C’est même la plus ancienne marque de bière du Mexique, bien que la nouvelle création n’ait aucun rapport la bière mexicaine.

 

La communication menée autour de la signification du nom et de l’étiquette est cependant assez étonnante : selon le brasseur, Victoria fait référence à la victoire de l’archange saint Michel (le saint patron de Bruxelles) contre le mal. Sur le flyer qui accompagnait l’échantillon reçu par la rédaction, on pouvait ainsi lire : « L’archange saint Michel est l’adversaire du diable. Il symbolise la victoire du bien sur le mal, le juste, le vrai et l’authentique, par opposition au mal, au faux et à l’artificiel qui caractérisent les voies du diable... »

 

Ces références explicites au diable, duivel en néerlandais, n’ont rien d’innocent : la nouvelle bière veut se faire une place dans le segment en plein essor des bières blondes fortes, un segment dans lequel Duvel règne en maître depuis des décennies.