La grande enquête sur le petit-déjeuner (4) : Cinq types de petits-déjeuners

La grande enquête sur le petit-déjeuner (4) : Cinq types de petits-déjeuners
Shutterstock.com

Dans le cadre de leur grande enquête sur le petit-déjeuner, iVox et Food in Mind ont soumis aux participants plusieurs affirmations concernant le petit-déjeuner. Selon des facteurs comme l’importance donnée à la santé, l’amour du petit-déjeuner, la nécessité d’aller vite ou l’habitude de prendre son petit-déjeuner chez soi ou dehors, une analyse en clusters permet de définir cinq types de petits-déjeuners.

 

Un lien émotionnel fort

Les petits-déjeuners classiques se prennent plus souvent à la maison, en profitent et prennent leur temps. L’aspect santé n’est pas une priorité pour ces consommateurs, mais ils ne sont certainement pas opposés à une alimentation saine. Ils représentent 58 % de la population. Il s’agit plus souvent de femmes, de personnes âgées et de néerlandophones.
 

Les amateurs de petits-déjeuners sur le pouce (3 % des consommateurs) sont les plus grands fans de petits-déjeuners ; ils aiment le prendre dehors et privilégient les aliments sains. Mais ils n’ont pas beaucoup de temps à y consacrer. Il s’agit principalement de consommateurs jeunes, actifs et francophones.
 

Ceux qui préfèrent les petits-déjeuners out-of-home fonctionnels (12 %) avalent quelque chose en vitesse dehors parce qu’ils n’ont pas le temps de le faire à la maison. Ils n’accordent pas une grande importance au petit-déjeuner, mais apprécient l’instant et aiment la variété. La plupart d’entre eux sont des personnes actives d’âge moyen.
 

Les partisans des « petits-déjeuners quand on a le temps » (14 %) sont ceux qui apprécient le moins le petit-déjeuner. Ils le prennent là où ils le peuvent, que ce soit à la maison ou dehors, à condition que ce soit rapide. Ils ne sont pas non plus particulièrement friands des petits-déjeuners sains. Ce sont plus souvent des hommes, jeunes, hautement qualifiés et actifs.
 

Ceux qui ne prennent pas de petit-déjeuner (13 %) n’en prennent jamais, que ce soit à la maison ou dehors. Ils peuvent parfaitement fonctionner sans, bien qu’ils boivent souvent une tasse de café.
 

Notons enfin que les Belges entretiennent toujours un lien émotionnel fort avec le petit-déjeuner. Y compris ceux qui en prennent moins ou n’en prennent pas du tout. Le manque de temps oblige souvent les Belges à prendre des petits-déjeuners rapides ou à s’en passer, mais ils sont conscients qu’il serait préférable de prendre un petit-déjeuner et se fixent pour objectif de prendre plus souvent un petit-déjeuner complet. Six consommateurs sur dix sont insatisfaits de leurs habitudes actuelles en matière de petit-déjeuner. 
 

Vous aimeriez en savoir plus sur les habitudes des Belges en matière de petit-déjeuner ? La grande enquête sur le petit-déjeuner menée par Food in Mind et iVox offre une foule de chiffres et de statistiques. Elle révèle également de nombreuses autres tendances : l’importance croissante du brunch, la demande de produits biologiques et équitables, les préoccupations en matière d’alimentation saine, l’influence des enfants sur le petit-déjeuner... Contactez Eddy Bovijn : eb@foodinmind.com/www.foodinmind.com