Jumbo ferme la porte à Hema

Jumbo ferme la porte à Hema
Photo : Jorgen Koopmanschap

Jumbo n’est pas intéressé par une acquisition de Hema. Les deux enseignes néerlandaises collaborent, mais Jumbo ne voit aucune raison d’aller plus loin.

 

Tjeerd Jegen est pourtant enthousiaste

Depuis la reprise de Hema par un groupe de huit créanciers il y a quelques semaines, la quête du prochain repreneur déjà lancée. Comme l’indique le nom qu’ils ont choisi – Ad Hoc Group –, les nouveaux propriétaires n’ont en effet pas l’intention de conserver la chaîne de grands magasins à long terme.

 

L’un des premiers noms à circuler parmi les repreneurs potentiels est Jumbo : l’enseigne néerlandaise de supermarchés est en train de s’étendre en Belgique où Hema est très présente, et les deux groupes collaborent déjà. L’enthousiasme de Tjeerd Jegen, CEO de Hema, quand on l’a interrogé sur un « repreneur comme Jumbo », n’a fait qu’alimenter la rumeur.

 

Les produits Hema sont disponibles dans les supermarchés Jumbo depuis l’année dernière. Et Jumbo a racheté dix-sept filiales Hema fin 2019 afin de les convertir en supermarchés. Les supermarchés Jumbo en Belgique commenceront également à vendre leurs premiers produits Hema dès septembre, comme la chaîne l’a confirmé aujourd’hui à la rédaction de RetailDetail à l’occasion de l’inauguration d’un nouveau magasin à Deurne, dans la banlieue anversoise

 

« Pas question »

Le CFO de Jumbo Ton van Veen a cependant démenti ces rumeurs dans un entretien accordé au Telegraaf : « Nous avons une coopération fructueuse, la synergie est bonne, surtout quand nous pouvons nous renforcer mutuellement. Hema nous tient à cœur, mais il n’est pas question d’en devenir propriétaires. »

 

Il est en revanche acquis que le propriétaire de Blokker aux Pays-Bas (la société Mirage Retail de l’entrepreneur Michiel Witteveen) a fait une offre sur Hema. L’ex-propriétaire déchu Marcel Boekhoorn a également laissé entendre qu’il ne se contenterait pas d’une place sur le banc des remplaçants et a tenté de revenir à la table des négociations. Un autre groupe de créanciers a demandé la mise en faillite de Hema, mais il est peu probable que la justice les suive.