Une institution française du prêt-à-porter ferme à cause du coronavirus

Une institution française du prêt-à-porter ferme à cause du coronavirus
Foto: Shutterstock.com

L’enseigne de vêtements emblématique Tati va fermer sa boutique à Paris, sa toute première boutique, aujourd’hui la dernière. Les changements des comportements d’achat et la crise du coronavirus sont à l’origine de la fermeture.

 

Bataille perdue d’avance

Le propriétaire GPG avait déjà considérablement réduit le réseau de magasins, qui comptait autrefois plus d'une centaine de succursales, mais avait déclaré l'année dernière vouloir conserver le magasin d'origine près du Sacré Cœur. Cependant, GPG indique désormais mener une bataille perdue d'avance : entre octobre 2019 et mai 2020, les ventes ont chuté de plus de 60% par rapport à la même période l’année dernière.

 

Selon Yohann Petiot, de la fédération des enseignes de l'habillement et de la chaussure, Tati est avant tout victime du changement des comportements d'achat et de l'émergence de concurrents plus agressifs ayant un modèle commercial similaire. En outre, les manifestations des gilets jaunes, les grèves des transports publics et le confinement imposé par la crise du coronavirus ont également durement frappé l'entreprise, conclut-il.

 

Premier discounter

Tati existe depuis près de trois quarts de siècle : l’entreprise a été fondée en 1948 par Jules Ouaki, un immigrant tunisien. La société, qui s'est principalement distinguée par ses prix extrêmement bas, a remporté un franc succès. Les sacs à carreaux roses et blancs caractéristiques, initialement boudés par les clients, sont même devenus une démonstration de style pour les stars du cinéma et les célébrités.

 

Au cours des dernières décennies, la chaîne a rencontré de plus en plus de difficultés face à l’émergence de géants tels que H&M et Primark ,rapporte The Guardian. En 2004, l’entreprise familiale déficitaire a été rachetée par Eram Group. En 2017, la chaîne a été reprise par GPG, qui dépose maintenant les armes.